expériences avec femmes trés mures

Un bel enthousiasme pour ma petite "vieille"

Je vois maintenant Marthe régulièrement depuis trois semaines.

Mon rêve d’avoir une relation avec une femme âgée se réalise plusieurs fois par semaine

C’est très gratifiant car elle saute littéralement de joie chaque fois que je passe.

Maintenant je me gare sur une place à quelques centaines de mètres de là et vient à pied, je passe par une porte de son jardin à l’abri des regards car elle souhaite garder son image de veuve sage auprès des voisins.

Si le pot de fleur n’est pas sur le rebord de la fenêtre de la cuisine, je peux entre par la porte de la terrasse en prenant un clé dissimulée.

Aujourd’hui c’est cool, pas de pot de fleurs. Il est tôt 8h00, mais je dois aller assez loin en banlieue. J’ai pensé à elle toute la journée d’hier et cette nuit dans différentes positions, nue ou avec de la lingerie mais surtout je fantasme sur sa petite rondelle qui n’a jamais été forcée. Je prends garde à ne pas la braquer.

Pour l’instant un index mouillé de salive, pas plus après un bon léchage qu’elle semble apprécier.

Ce matin elle est déjà habillée et m’a vu arriver par le jardin depuis la fenêtre de la cuisine. Elle m’embrasse à pleine bouche en vérifiant si je suis dans de bonnes disposition en plaquant sa main sur ma braguette. Je caresse ses seins à travers son chemisier noir.

-         tu restes un peu ? demande-t-elle.

Plusieurs fois je suis passé en coup de vent, mais à chaque fois elle m’a sucé comme une reine.

-         juste une heure je dois bosser un minimum

-         Je reviens de suite dit-elle

La semaine dernière je lui ai demandé de porter des bas et je suis sur qu’elle les a reçu. Elle commande par correspondance car elle n’ose pas acheter de lingerie fine en ville.

 

Elle revient souriante, elle est passée chez le coiffeur pour se teindre les cheveux.

Son corsage noir est déboutonné et elle porte un soutien gorge à balconnet d’où jaillissent ces seins lourds. Ses pointes commencent à durcir.

Après lui avoir rouler une pelle mes doigts triturent doucement ses pointes et ses mamelons puis ma bouche vient les sucer et les pincer sans serrer exagérément

La douleur et le plaisir sont si proches. Elle s’écarte et d’un air mutin soulève sa jupe. Elle ne porte pas de culotte, une autre de mes demandes en souvenir à notre première expérience, et porte es bas noirs sans porte jarretelle. Elle s’est découvert une forte tendance exhibitionniste. Elle se tourne et me présente son bon gros cul et le tortille .

-         C’est pour qui tout ça ?

Je me jette à genoux pour pétrir ces fesses et frotter mon visage à ses fesses blanches ce qui a pour effet de la faire glousser.

Elle pose un jambe sur une chaise de la cuisine et par-dessous j’ai la vue de sa chatte ouverte.Ca part vite ce matin.

 Je caresses ses jambes gainées de bas noirs et ma langue remonte du haut de ses cuisses jusqu’à sa fente mouillée. Son odeur me fait chavirer et mon index s’introduit dans sa chatte puis ressort effleurer son bouton nacré.

Je la caresse  comme ça quelques minutes, elle mouille toujours beaucoup, je m’en mets plein le visage. Ses poils sont doux et bientôt collés par sa mouille que j’étale avec la langue et la main.

Je me relève, je voudrai la prendre debout mais je suis trop grand ce qui l’oblige à se dresser sr la pointe des pieds et moi à plier les genoux..

C’est pourquoi nous nous dirigeons vers le salon. Je me mets à poil à tout vitesse

Je m’assieds sur une chaise et elle vient s’empaler sur ma queue dressée face à moi. C’est elle qui fait tout le travail en soulevant son cul pour redescendre. Ses mains caressent ma poitrine et je malaxe ses fesses ou caresse ses jambes à travers ses bas. Nous ne mettons plus de capotes depuis une semaine et c’est dans sa chatte que ne pouvant me retenir je lâche de grosses giclées de sperme.

Conscient qu’elle n’a pas eu le temps de jouir je l’a fait se coucher sur le tapis et entreprends de la branler avec mes doigts alors que sa chatte suinte du sperme . Elle écarte les bras et secoue   la tête , mon pouce glisse sur son clito ou le presse contre les lèvres de son sexe. Je le caresse entre le majeur et l’index de bas en haut.

Au bout de plusieurs longues minutes, j’ai mal au poignet mais je sens que sa jouissance arrive, de petits soubresauts l’annoncent. Elle ferme ses jambes fortement  mes doigts coulissent sur son clitoris  enserrés dans les lèvres de sa chatte, sa main se crispe sur le tapis et elle jouie en poussant de petits râles.

Elle attire ma tête pour m’embrasser longuement.

Alors que je pense que c’est fini , elle écarte de nouveau les jambes en plie une et me prends la main pour la diriger vers son petit trou.

Sa rondelle est mouillée par le sperme qui dégouline de sa chatte et je fais le tour de son anneau avec le doigt avant de le présenter à l’entrée de son fion.

Elle a la tête de coté et un bras replié sur son visage. Petit à petit je l’introduis par de petits va et vient jusqu’à l’enfoncer profondément. Lubrifiée par le sperme sa rondelle se dilate un peu mais reste serrée.

Ce sera tout pour aujourd’hui. Toujours un doigt dans son cul je lui caresse les seins et l’embrasse avant de me relever.

Elle est toute décoiffée, se relève sourit en voyant ma queue redressée :

-         Tu es sur de ne pas rester ce matin je te ferai un bon café et après….

-         Non je dois partir, j’ai un boulot

-         Tu passes cet AM ?

-         Non je crois pas je vais en banlieue nord

-         Demain alors ?

-         OK je serai moins pressé je pense

-         Viens vers 14h00 je te présenterai à ma copine, celle avec laquelle je pars au Maroc avec l’association des retraités

-         Tu es sure, je croyais que tu voulais être discrète

-         Avec les voisins et la famille, elle ce n’est pas pareil

-         Tu lui a dit qu’on baisait presque tous les jours

-         Tu est malade, elle serait scandalisée

-         Alors je t’engage à de petits travaux d’électricité au noir et nous avons sympathisé, tu est déjà allé au Maroc

-         Marrakech et les cité impériales il y a deux ans

-         Voilà c’est pourquoi je t’invite à prendre le thé

-         Le café STP, on se tutoies devant elle

-          Vaut mieux pas

-         Ok pour demain 14h00, elle est comment ta copine

-         Files obsédé, tu es à moi

-         Ne mets pas de culotte demain hein

-         On verra



17/01/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres