expériences avec femmes trés mures

mathilde et Nanou au sauna

Je fréquente régulièrement un sauna, les journées mixtes.

Aujourd'hui et à cette heure, 11 heure il y a peu de monde. Les gens arrivent plutôt vers 16-17h00

Je commence par prendre un verre au bar avant d'aller fouiner du coté du hammam ou du sauna.

Les hommes ont une large serviette autour des reins et les femmes sont en peignoir.

Comme à mon habitude je recherche plutôt des femmes âgées car ce sont elles qui me font vibrer. Souvent elles viennent accompagnées de leur conjoint mais n'ayant pas d'attirance pour les hommes, je me méfie toujours un peu.

J'avise à une table un peu à l'écart deux peignoirs assis discrètement dans une zone d'ombre. La lumière orangée et faible ne me permet pas de distinguer suffisamment je m'approche. Il y a ici deux nouveaux visages, deux femmes qui discutent à vois basses. Je ne les ai jamais vues, mais je ne viens pas régulièrement ces temps-ci.

Elles sont cote à cote sur la banquette adossée au mur.

L'une doit avoir 60 ans environ plutôt ronde les cheveux teints en blond, elles jettent de fréquents coups d'œil dans la salle, l'autre plus menue doit avoir entre 65 et 70 ans , cheveux blancs mi-longs a l'air plus réservée .Elles ont le peignoir ramené sur les genoux, je parierai que c'est leur première visite dans ce lieu de rencontre.

Je m'approche souriant le verre à la main :

«  bien le bonjour Mesdames, puis-je me joindre à vous ?

-         la blonde me sourit , je vous en prie

-         je me nomme Fred et sauf erreur c'est la première fois que vous venez ici n'est-ce pas ?

-         En effet, c'est une amie qui nous a donné l'adresse, mais nous ne connaissons pas les usages

-         Il y en a très peu, tout le monde fait ce qu'il a envie de faire avec ceux qui sont d'accord pour le faire

-         Ah bien

Un moment de silence, la petite dame n'a pas encore parlé et se contente de sourire.

-         c'est un peu différent de ce à quoi nous nous attendions

-         En quoi ?

-         Eh bien, je ne sais pas. Rien n'a l'air organisé, nous ne savons pas quoi faire.

-         Commençons par un petit hammam si vous le désirez. Il y a plusieurs salles au sous sol, je vous accompagne .

-         Volontiers ! s'écrie la petite dame, ce qui a pour effet de faire rire la blonde

Je me lève et les précède dans le couloir et l'escalier très peu éclairé qui descend au sous sol. Les deux dames me suivent et en bas je leur fait faire le tour des salles :

-         ici les douches, là le grand sauna et les petites cabines, ici la piscine à bulles au bout de ce couloir la piscine ronde et une salle vidéo. De ce coté de nouveau des douches, puis les hammam et les salons privés et derrière un salon plus grand pour disons les groupes ou les gens qui préfèrent regarder les autres.

Elles sourient timidement.

Il y a des hammams de libres, prenons le bleu si vous le voulez bien.

-   le temps de me rafraichir sous la douche et je vous y retrouve

-         D'accord à tout de suite.

Une petite douche rapide, et je rentre à poil dans le hammam. J'ai choisi le moins éclairé pour préserver leur pudeur.

Je m'assoies sur le banc en carrelage bleu, au début je ne vois rien dans la pénombre et la vapeur chaude, mais mes yeux s'habituent vite.

Les deux amies rentrent, et surprise elles ont gardé leur peignoir. Elles ont l'air un peu surprises de me voir nu . Je leur dis

-         Vous ne devriez pas garder vos peignoirs dans cet humidité en deux minutes ils seront trempés

-         Ah bon, mais si quelqu'un rentre ?

-         Je m'esclaffe : tout le monde se balade à poil ici, mais si vous voulez je veux bien mettre le loquer en bois, il n'y a pas foule, les candidats au hammam iront dans un autre

-         Oui merci on veut bien

-         Pendez vos peignoirs à l'extérieur, vous les récupérerez à la sortie

Elles s'exécutent et je ferme derrière elles. La porte est en verre détrempée, nous sommes à l'abri des regards.

Je retourne m'assoir, elles viennent prendre place à coté de moi, il n'y a qu'un banc.

Je les mate sans me cacher, l'une est bien chair avec des gros seins lourds,  un beau cul blanc, l'autre plus maigre à les seins un peu tombant mais des cuisses et des fesses encore fermes pour son âge.

-         Vous venez souvent alors ? me demande la blonde

-         Oui je trouve ça sympa, ça relaxe et permet de rencontrer des gens

-         Vous nous avez abordé au hasard, pour…

-         Je vous ai trouvé attirantes toutes les deux

Je pose ma main sur la cuisse de la blonde, l'autre étant à coté d'elle un peu en retrait

La blonde me sourit : - au fait je m'appelle Bernadette mais je préfère Nanou et mon amie se nomme Mathilde.

Je garde ma main sur sa cuisse et commence à la caresser doucement :

-         Et vous alors, que cherchez vous ici ?

-         Un peu d'aventure , de piment quoi

Elle regarde ma queue qui se redresse.

Mathilde se lève et vient se mettre accroupie devant moi et prends mon sexe en main. Il est maintenant dressé et elle commence par me caresser la queue en me regardant dans les yeux. Ses seins un peu plats pendent sur sa poitrine, je vois sa toison poivre et sel.

Je m'égare dans le pubis de Nanou, c'est un vraie blonde, ses cuisses sont énormes. Elle m'attire la tête pour m'embrasser à pleine bouche alors que sa copine pose ses mains sur mes cuisses et englobe ma queue avec sa bouche pour commencer une super succion .

Mes doigts descendent dans la chatte de Nanou qui est déjà humide.

Le carrelage n'étant pas très confortable je leur propose :

-         Peut être pourrions nous aller dans un salon privé ?

Mathilde s'arrache à regret ( et aux miens) à ma queue.

Je retire mes doigts de la fente à Nanou. Je les sens, une bonne odeur de chatte me monte au nez, je les goute ce qui fait glousser Nanou.

Elles ouvrent précautionneusement la porte et récupère leur peignoir, je récupère ma serviette mais je la mets sur l'épaule. Avec mon érection ce n'est pas une serviette qui la dissimulerai. Je les drive jusqu'à un salon privé que je referme.

Il y a un grand lit rond et une glace sur le mur.

Mes deux mamies jettent leur peignoir et Nanou se jette sur le lit qui manque de s'écrouler, elle doit bien faire ses 90kg. Déjà chaque sein doit peser quatre kilos.

Mathilde me pousse gentiment sur le lit elle reprend sa pipe alors que Nanou vient poser sa chatte et ses fesses sur mon visage me cachant la lumière.

J'ai sa chatte sur le nez et elle commence à faire des mouvements pour se frotter en posant ses mains sur la cloisons, j'ai alternativement sa chatte et sa raie sur le visage, je ne fais que tirer la langue pour recueillir sa mouille de son odeur. Elle se branle sur moi et je manque d'étouffer.

De son coté Mathilde me pompe frénétiquement. Elles semblent bien moins timides à présent. Je sens la bouche abandonner ma queue mais bientôt c'est l'entrée d'une chatte qui se presse sur mon gland. Elle est toute serrée, presque comme une pucelle, puis mon gland pénètre dans sa grotte humide et chaude et elle commence à faire coulisser le membre en elle doucement en descendant jusqu'au couilles .

Je n'ai rien à faire qu'à pétrir les grosses fesses de Nanou.

Je sens passer entre la chatte blonde et ma bouche des doigts maigres qui cherchent à s'introduire dans le temple de Nanou.

C'est Mathilde qui passant la main entre les fesses de son amie vient la pénétrer.

Ses doigts s'enfoncent à trois dans la chatte offerte et ressortent pour rentrer dans ma bouche. Nanou s'agite de plus en plus en marmonnant. Elle vient plaquer son clitoris sur ma bouche en arquant le dos et le frotte sur ma bouche, mon menton et les doigts de sa copine.

Au bout de quelques minutes de ce manège, j'ai du mal à respirer .

Mathilde contracte ses fesses plusieurs fois, s'arrête, pousse un cri et m'inonde de son éjaculation en bramant. Je sens tout de suite des contractions dans le vagin de Mathilde. Elle passe une main derrière elle et me presse les testicules en jouissant.

La douleur et le plaisir se mêle et à mon tour je me vide dans la chatte de Mathilde.

Nanou bascule sur le coté ce qui me permet de respirer un grand coup. Elle se penche et m'embrasse mélant sa salive à la mouille de son amie, elle entreprend de me nettoyer le visage à grands coups de langue. Je sens ses pointes de seins caresser ma poitrine. Nanou retire ma queue de la chatte de Mathilde et se mets à la sucer en la caressant de ses doigts mouillés de sperme.

Je n'ai même pas eu l'occasion de débander quand Nanou pousse sa copine pour m'enfourcher.

D'autorité je me relève et lui propose de se mettre à quatre pattes. Elle se met à quatre pattes puis pose sa tête sur son bras replié sur le lit. Son énorme cul est cambré et j'ai la vue directe sur son abricot et sa rondelle en écartant ses fesses.

Je ma place derrière elle et ma queue rentre comme dans du beurre entres les lèvres de sa chatte.

D'une main j'invite Mathilde à de mettre debout au dessus de Nanou en me tournant le dos.

Je vois ses fesses maigres et sa chatte dégoulinante.

Alors que je commence à baiser son amie je fais rapprocher ses fesses de ma bouche et en les écartant je pose ma langue sur sa toute petite rondelle.

Son gout est épicé et chaud. Elle écarte d'elle-même ses fesses et se cambre pour venir à la rencontre de ma bouche.

J'effectue de grands mouvements de reins, ressortant presque entièrement ma queue de l'abricot de Nanou. Je bouffe littéralement le cul de Mathilde qui pousse de petits gémissements.

-         mets moi un doigt s'il te plait demande-t-elle doucement

J'obtempère, Bizarrement son cul à l'air moins serré que sa chatte

J'en introduis un second alors qu'elle caresse son minou.

De la voir prendre son pied, de voir les grosses fesses de Nanou s'écraser à chaque coup de queue, de voir ses gros seins sur le dessus de lit , s'en est trop pour moi et pour le seconde fois j'éjacule longuement. Mathilde les doigts dans la chatte faisant des mouvements en plissant et redressant les jambes pour accentuer la pression de mes doigts dans son cul.

Je me retire de Nanou.

De longs fils de sperme la relie encore à ma queue, elle se retourne et vient lécher la chatte de sa copine alors que je la doigte encore.

Ma queue dégonfle vite mais Nanou ne l'entend pas de cette oreille et abandonnant la chatte elle se couche pour fourrer ma queue molle et gluante dans sa bouche

Je retire mes doigts de l'anneau de Mathilde qui s'assoie à coté de Nanou, à plat ventre. Et lui caresse distraitement les fesses en attendant probablement que je rebande.

Ce qui ne saurait tarder au vu des efforts de Nanou.

Je crois que le conduit anal de Mathilde va recevoir de la visite d'ici peu

La pudeur et la timidité sont restées pendues à l'extérieur avec les peignoirs



13/02/2008
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres