expériences avec femmes trés mures

80 ans, maigre et prés de ses sous

Je place des systèmes d’alarme chez les particuliers dans l’est de la France

Nous nous spécialisons sur les renvois d’alarme pour les personnes isolées de par leur activité professionnelle ou pour des personnes qui vivent seules.

J’ai choisi ce département car je suis très attiré par les femmes âgées. Je ne manque pas de proposer mes services, certaines comprennent très bien.

Ce jour là , je retourne voir une cliente qui désire faire installer un récepteur supplémentaire dans son jardin. Sa maison compte déjà une borne de réception par étage, mais elles ne couvrent pas la terrasse et le jardin.

Cette dame s’est accrochée au sujet des tarifs avec le commercial par téléphone, elle prétend que cette prestation devrait être gratuite car c’est nous qui lui avons installé cette configuration il y a un an. Je travaillais alors en région parisienne.

Mon chef de secteur m’a prévenu que cette dame était «  prés de ses sous » à un niveau difficilement imaginable. Je me rends donc à son domicile.

C’est une petite femme plutôt menue aux cheveux blancs qui m’accueille.

Elle me fait part de ses besoins, mais tique sur le montant de la facture. Rien n’y fait.

Elle me propose alors de faire la modification d’installation moi-même et de me payer de la main à la main. Elle se fait suppliante et essaie de m’apitoyer sur ses ressources alors que je sais qu’elle possède des immeubles de rapport en ville.

Je lui dit :

«  j’ai une idée, je peux vous étendre la zone de réception du rez de chaussée pour quasiment rien

-         Formidable ! pour rien ?

-         En fin pas pour de l’argent !

-          ?? Comment alors

-         Eh bien, je vais être franc, vous me faites beaucoup d’effet, je vous trouve très attirante pour un moment d’intimité je prendrai peut être le risque de faire le travail moi-même

Elle est suffoquée :

-         vous plaisantez, j’ai 80 ans et je suis veuve depuis 20 ans, comment osez-vous !

-         Je serai très doux, je vous caresserez longuement

-         Ah ben ça alors !

Elle part de la pièce le visage empourpré

Si elle téléphone ou appelle c’est la catastrophe et je reste planté dans le salon comme un con.

Elle revient très digne :

-         Rien à payer ? juste une fois

-         C’est cela, une après midi d’intimité avec vous

-         Bon, alors aujourd’hui même, comment voyez vous les choses

-         Et bien je désirerai vous voir nue avant de..

-         Bien attendez moi

 Elle part et revient après cinq bonnes minutes, elle porte un déshabille noir à travers lequel je vois un soutien gorge et une culotte noirs également, des bas et un long collier de perle.

Mettons nous dans la chambre d’ami, les doubles rideaux sont tirés.

Je la suis, elle se met sur le lit et entrouvre le déshabille, je me dessape entièrement.

Ma queue est dressée, je bande comme un fou, à ce moment je lui proposerai de refaire toute la maison pour pouvoir la baiser.

-«  ah quand même ! siffle-t-elle en voyant mon érection

Elle semble se détendre car elle sort ces seins blancs qui pendent un peu  de son soutif et mutine écarte sa culotte.

Je vois sa chatte bien dessinée entre ses cuisses maigres, un duvet de poils brun la recouvre et ses grandes lèvres sont bien gonflées.

Maintenant sur de son charme elle se passe la main sur son sexe en me regardant un sourire aux lèvres.

J’avance ma main et la passe e coquillage sur son minou tout doux, elle avance ses lèvres et je lui roule un patin fiévreux en caressant sa chatte. Ma langue descend sur ses pointes de seins qi se redressent. Mon doigt suit le sillon de sa chatte .En y pénétrant mon doigt glisse su la mouille qui inonde son sillon. Je presse un tout petit clito doucement. Sa cyprine facilite le glissement. L’envie me prends de la gouter, je m’agenouille sur la descente de lit et me penche sur son sexe. Sa main tient toujours la culotte en dentelle noire écartée. J’embrasse son pubis, ses poils sont longs et doux.

Ma langue rejoint mes doigts, le gout de sa mouille envahit ma bouche. Sa chatte sent bien le con. Ma langue passe et repasse de son clito à sa chatte. Elle remue le bassin pour venir à la rencontre de ma langue. Je passe mes mains entre ses fesses et le drap rose pour la soulever un peu. Elle ne pèse rien et je dévore littéralement son cul. Je m’escrime de très longue minutes avec les doigts dans sa chatte et la langue sur son clito. Je commence à avoir des crampes dans les mâchoires, mais son odeur est si enivrante. Ma queue pulse toute seule, j’ai peur d’éjaculer de suite. J’ai le menton humide car son sexe dégouline de mouille. Enfin elle se crispe, sa main m’attrape les cheveux et me presse le visage sur son sexe et elle éjacule en gémissant un petit jet odorant qui sent un peu l’urine dans la bouche. Je la lèche encore un peu, elle se laisse aller sur le lit. Je crois qu’elle vient de se payer une bonne partie des travaux.

Toute fois elle se lève , me pousse sur le lit, embrasse ma poitrine et sa bouche descend sur mon sexe et elle commence à me prendre en bouche. Elle l’avale presqu’entièrement et me suce en me malaxant les couilles. A ce rythme je ne tiens pas longtemps, je pousse un grognement, j’ai des frissons dans la colonne vertébrale  et elle à juste le temps de s’écarter, j’éjacule de longs jets de sperme. Elle en prends une bonne partie sur le visage et dans les cheveux. Elle parait surprise puis sourit et avec le doigt enlève le sperme qu’elle a sur l’œil pour le mettre dans sa bouche. Elle hausse les épaules puis se penche et entreprends de me nettoyer le sexe en le léchant.

Puis elle se couche sur le ventre à coté de moi sur le lit après s’être essuyer le visage.

Elle parait repu et je caresse ses fesses décharnées. Elle a les jambes un peu écartées ce qui me donne une vue plongeante sur sa chatte humide. J’introduis deux doigts dans sa chatte et lui caresse la rondelle avec le pouce. Un instant surprise elle se laisse aller à la caresse et bientôt lève son cul en l’air en gardant la tête sur l’oreiller pour faciliter la caresse. Sa position me refait illico bander comme un cerf .Je me positionne derrière elle et mets mes deux mains sur ses anches.

Sa maigreur fait bien ressortir la forme de son abricot, je pose le gland à l’entrée de sa chatte. Ma queue rentre comme dans du beurre malgré l’étroitesse de son vagin grâce à toute la mouille qui dégouline de son con. Sa chatte est chaude et douce. Je regarde ma queue s’enfoncer lentement dans son corps , je retire le bâton jusqu’au gland avant de le réintroduire. Je la lime comme ça longuement en variant rythme lent et rythme plus soutenu. La vue sur l’œilleton de son cul me stimule. Je lâche un peu de salive et le pouce de ma main droite vient la tartiner sur se rondelle. Elle ne proteste pas , j’ai envie de lui sucer le fion mais je suis trop bien à l’intérieur de sa chatte pour me retirer. Elle redresse la tête pour se mettre à quatre pattes et accompagner mon mouvement de va et vient. La vue des ses seins pendants qui bougent en rythme me fout une décharge dans la colonne vertébrale et c’est à grand peine que je me retient d’exploser. Je ressors ma queue et mon gland humide vient se frotter sur son petit trou en quelques va et vient avant de replonger dans la fournaise de sa chatte. Elle secoue la tête , son dos maigre oscille. Ses fesses maigres et son bassin étroit me donne une impression de puissance extraordinaire. Mes coups de butoir se font plus brutaux, elle gémit à chaque fois que je plaque mes couilles sur son corps. D’un coup elle se met à trembler  et sa chatte se contracte d’un coup enserrant ma queue dans un anneau vibrant. Ma main vient se plaquer sur son clito. Elle lâche de nouveau un jet que je recueille sur les doigts. En portant son éjaculation à la bouche je sens son odeur forte.

J’adore ça. Lui enserrant un sein pendant dans les doigts je lâche à mon tour mon sperme dans son vagin. Elle se couche sur le lit, je l’accompagne et l’écrase de mon poids en restant dans son corps.

Je veux me retirer mais elle me dit :

«  attendez encore un peu , restez en moi. »

Plein de gratitude j’effectue tendrement quelques allers et retours dans sa chatte, ce qui a la longue fait mousser le sperme qui s’échappe de sa fente. Elle tourne sa tête et me présente ses lèvres pour que je m’embrasse à pleine bouche.

Je finit par quitter sa chatte défoncée pour m’allonger à coté d’elle. Elle se retourne, pose sa tête sur ma poitrine et me branle doucement ma queue à moitié dégonflée.

Je la repousse doucement, lui écarte les cuisses et me penche pour venir lécher son anus  trempé ce qui la fait glousser

«  jamais rassasié alors ?

Ses doigts maigres caressent mes cheveux et je sens que bientôt le sang recommencera à affluer dans ma queue.



07/02/2008
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion